L’objectif principal

Workshop Oostrozebeke décember 2015 – Patrick Kelly

Notes prises par Nathalie G.

L’objectif principal est de motiver les gens à se connecter avec leur partie la plus profonde en écoutant plus profondément au centre et en obtenant un meilleur contrôle des mouvements du centre.

Il est important que les gens s’entraînent dès le début de la bonne manière pour ne pas perdre de temps avec une pratique superficielle.

Nous pratiquons les principes suivants dans les exercices de relâchement, dans la forme et dans la poussée des mains:

Fermez d’abord l’esprit et ressentez le relâchement du corps. Ne faites plus rien tant que vous ne sentez pas que cela se produit très clairement.

Ensuite, commencez à écouter au centre et ressentez le mouvement fluide du centre. Vous devriez toujours essayer d’écouter plus profondément qu’avant.

Votre compréhension de l’écoute au centre doit évoluer avec le temps. Vous devez d’abord écouter très profondément dans le mouvement du centre et ressentir ce qui est bon et ce qui peut être changé ou amélioré.

Ensuite, vous essayez de changer quelque chose très consciemment.

Ensuite, vous devez vous concentrer sur ce qui se passe entre le pied et le centre. Le centre est éloigné d’un pied, commence à tourner (exercices 1 et 3), se détend clairement (et continue à tourner) puis commence à s’écouler (et continue à tourner) vers l’autre pied. Nous essayons de trouver un moyen plus raffiné d’écouler le centre. Vous devez toujours sentir que l’esprit se libère d’abord, cela peut entraîner le corps à se détendre et le centre va commencer à s’écouler. Le moment où la première connexion entre le centre et le pied qui s’écoule est un moment très délicat.

Cette première connexion doit être faite aussi délicatement que possible, il ne peut y avoir aucun contact brutal, aucun coincement, aucune contraction de la jambe qui soutient le centre. Et surtout, le centre doit vraiment se détendre à l’intérieur de sa chute. Ne déplacez pas simplement le centre contracté vers le bas sur la jambe contractée….

Au moment où vous trouvez cette première connexion délicate entre le centre et le pied, vous devez continuer à renforcer cette connexion pendant que le centre continue de s’écouler. Cela signifie que chaque articulation doit bouger de telle manière que cette connexion devienne de plus en plus forte. Vous devez écouter les trois sensations intérieures en même temps pour être sûr que les bonnes choses se passent:

1. Vous devez sentir que la pression dans le pied et le talon augmente constamment

2. Les muscles de la jambe doivent être étirés

3. Vous sentez que le sacrum tombe et tourne dans la bonne direction, écoutez toutes les articulations se déplaçant dans le bon alignement.

Dès que le centre s’écoule dans le pied et est légèrement soutenu, la chute commence à ralentir et s’arrête lentement à cause du soutien croissant. Mais le sacrum est toujours libre de tomber davantage si le centre est soutenu par les articulations de la hanche. Cette nouvelle chute du sacrum déclenche une rotation du centre qui provoque l’allongement et le redressement de la colonne vertébrale. Si la partie supérieure du corps se détend également à ce moment-là, la chute de la partie supérieure du corps provoque une poussée supplémentaire au centre, ce qui entraîne une augmentation de la pression dans le pied. La chute et le relâchement du haut du corps entraînent une augmentation de la pression dans le pied et un redressement de la colonne vertébrale (la forme incurvée de la colonne vertébrale se redresse). La chute de la colonne vertébrale pousse le sacrum plus bas et augmente la pression dans le talon et même plus.

Dans le deuxième et quatrième exercice de relâchement, ce processus est juste en haut et en bas sans tourner. Vous pouvez rechercher une connexion entre les pieds, le centre et le haut de la tête au moment de l’écoulement maximal. Dans le premier et le troisième exercice de relâchement, il y a une rotation supplémentaire du centre mais la chute et la rotation du sacrum doivent également se produire.

Dans le cinquième exercice de relâchement, la chute du sacrum provoque l’ouverture et l’étirement de l’avant de l’articulation de la hanche arrière. Cette chute du sacrum est un raffinement du processus d’écoulement et d’envoi de la vague de force intérieure lors de la phase 4 de chaque mouvement. Nous générons différents types de force en fonction de la façon dont nous déplaçons le centre dans les phases 2, 3 et 4.

Le moyen le plus simple de générer une onde de force interne en phase 4 consiste d’abord à s’écouler au centre, puis à pousser le talon arrière sur le sol pour générer un mouvement vers l’avant du centre, à travers le haut du corps, jusqu’aux bras et aux mains. Ceci est une contraction dans le bas du corps qui génère un étirement dans le haut du corps et les bras. C’est la première méthode que les débutants apprennent, car ils n’ont normalement aucune pression sur le pied arrière lorsqu’ils sont écoulés au centre. Ils doivent donc se re connecter au talon arrière en poussant le pied arrière contre le sol. Et cela provoque une vague de puissance à travers le corps.

La deuxième méthode pour générer de l’énergie en phase 4 consiste à faire pivoter le centre lorsque vous atteignez le centre, au lieu de pousser le pied dans le sol. Une fois au centre, vous pouvez essayer de détendre un peu plus le centre et laisser le sacrum tomber dans la direction du pied arrière de telle sorte que la pression augmente au niveau du pied et du talon.

Lorsque vous envoyez l’esprit, le coccyx pivote sous le sacrum pour qu’il vienne en position verticale et l’articulation de la hanche arrière s’ouvre et avance. Vous devez sentir que la chute du sacrum dans le talon arrière provoque la montée d’une pression subtile du pied à l’articulation de la hanche. C’est cette pression qui fait que l’articulation s’ouvre davantage et avance. Après avoir passé l’articulation de la hanche, la pression continue à travers le centre et le tronc et provoque l’ouverture de la poitrine. À ce moment, les omoplates tombent et les bras se rapprochent du corps avant que la vague de force ne les traverse et les mains ne s’éloignent.

La troisième méthode que nous avons pratiquée aujourd’hui est un raffinement supplémentaire. Nous essayons de faire tout ce qui est décrit précédemment en un mouvement continu des phases 2, 3 et 4. À partir du moment où la très délicate connexion entre le centre et le pied commence à s’écouler et avant que l’écoulement ne soit complètement terminé commencez la rotation du sacrum et laissez la vague de pression monter à travers le corps. Vous envoyez l’esprit dès que l’écoulement est presque terminé. Ainsi, il n’y a plus d’arrêt au centre et la vague de pression monte continuellement pendant que vous écoulez et que vous envoyez l’esprit.

Pour pouvoir établir cette première liaison très délicate entre le centre et le pied, il est très important, Il est indispensable que l’esprit soit clairement dans le pied avant que la connexion ne soit faite.

En ce qui concerne la poussée des mains, nous sentons à quel point il est difficile de s’écouler correctement lorsque la pression du pied augmente. Dans les applications, c’est encore plus difficile. Cela vous fait réaliser à quel point vous pouvez affiner davantage le processus dans les exercices de relâchement et la forme.

La mise en pratique d’un processus de plus en plus raffiné vous oblige à écouter de plus en plus profondément pour pouvoir faire toutes ces choses différentes ensemble. Il n’y a aucune chance que l’esprit superficiel soit capable de le faire. Aller plus loin est ce qui fait grandir notre force intérieure, non seulement physiquement, mais aussi émotionnellement et mentalement. Une fois que vous commencez à vous éveiller à cette partie profonde de vous–même, il est important de pratiquer très régulièrement et de faire l’effort approprié sur une longue période. Cette partie interne est comme un nouveau-né au début, il faut le soigner et le nourrir très régulièrement. Sinon, il meurt et disparaît.

En pratiquant, il est toujours important de bien vous observer. L’esprit superficiel est très fort chez tout le monde et ne veut pas renoncer à son contrôle sur nous. Au moment où vous perdez votre concentration pendant une fraction de seconde, l’esprit superficiel prend le relais de notre partie la plus profonde et nous revenons à nos schémas habituels. Un bon exemple est celui d’une des étudiantes qui se rendait à son travail au lieu de se rendre à l’atelier le matin. Elle n’était pas vraiment concentrée et n’avait pas d’intention claire et son corps faisait ce qui se fait toujours le matin pour se rendre au travail.

Vous devez donc être très attentif aux plus petits signes indiquant que vous êtes revenu à l’esprit superficiel. Par exemple, lorsque vous commencez à vous déplacer plus lentement pour pouvoir contrôler le processus que vous pratiquez. Ou bien, lorsque vous démarrez un processus dans un exercice de partenaire et que vous pensez que les choses ne vont pas marcher, vous partez dans une impasse… au lieu de faire confiance au processus et de le poursuivre.

Il est également très important que nous suspendions notre incrédulité dans le fonctionnement des processus que nous pratiquons.

Lorsque nous commençons à apprendre à développer une véritable force interne, elle ne semble jamais fonctionner, elle est faible…. Si notre esprit est convaincu que nous ne pouvons pas le faire, cela ne fonctionnera jamais. Nous devons être réalistes sur nous-mêmes, ne pas surestimer ni sous-estimer nos possibilités.

L’état profond que nous atteignons dans la méditation lorsque nous revenons dans la profonde sphère émotionnelle après nous être connectés à l’au-delà est un très bon état pour tout type de travail, «la mort quotidienne», en pensant aux problèmes et aux conflits nos vies, en regardant notre vie et en pensant à ce que nous pouvons faire dans le futur qui ne bloque pas notre croissance intérieure. Ce que vous faites n’est pas très important, mais la façon dont vous le faites est plus importante. Vous devez agir de manière à soutenir votre développement intérieur.

Plus notre partie intérieure grandit, plus nous voyons les choses que nous faisons dans notre vie quotidienne et qui causent nos problèmes dans la vie. Ensuite, vous pouvez changer ces choses. De l’extérieur, nous rencontrons également des problèmes que nous ne pouvons pas changer et que nous n’avons pas causés nous-mêmes, mais nous pouvons alors apprendre à mieux les gérer.

« C’est la lutte universelle de la partie de l’esprit attaché au corps et de la partie plus profonde qui souhaite évoluer. Toutes les actions dans la vie renforcent l’une d’entre elles et affaiblit l’autre, d’une manière modeste mais importante. »

Taiji Découverte des Arts Originels