Les pages nommées « Principes essentiels » présentent un certain nombre d’extraits (suite à une traduction en français) des livres de Patrick Kelly, avec son autorisation.

Ouvrir/fermer
L’ouverture et la fermeture des articulations, par exemple une épaule s’ouvre tandis que l’autre se ferme, est un résultat naturel des vagues de torsion horizontales et verticales qui passent en permanence par un corps fluide et détendu. Lorsque toutes les articulations arrêtent de s’ouvrir et de se fermer alors que le reste du corps est toujours en mouvement, cela bloque ou verrouille et les forces fluides ne peuvent plus passer à travers elles. Une difficulté dans la production de la force élastique détendue est le passage de celle-ci au niveau des jambes dans la partie supérieure du corps. Il faut contrôler le passage d’ouverture et de fermeture des régions inguinales quand les forces sont transmises, là où la partie supérieure des jambes rencontrent la région pelvienne. Difficile à décrire avec des mots, il est préférable de trouver quelqu’un avec l’expérience pour l’enseigner.

Ouverture et fermeture de l’Esprit est au centre de l’entrainement du Taiji. Bien que cela puisse être inclus dès le début de la formation, il prend toute son importance dans le deuxième niveau. Plus tard, il arrive un moment – je l’espère chez tous les élèves – où l’ensemble du mouvement est conduit par les changements générés par l’Esprit qui pulse à travers ces deux états. Suivant l’ouverture et la fermeture de l’Esprit s’opère l’ouverture ou la fermeture interne du corps en son centre. Il s’agit d’une suite de changements de petits muscles qui par la suite génère de grands mouvements.

L’énergie s’ouvre quand l’esprit s’ouvre et se ferme quand il se ferme. Respirer ferme lorsque le corps s’ouvre et ouvre quand il se ferme. C’est automatique, mais il y a deux possibilités de timing entre l’esprit et le corps qui suit:

L’Esprit s’ouvre, le corps s’ouvre, (Puis l’énergie s’ouvre et le souffle se ferme)

L’Esprit se ferme, le corps se ferme, (Puis l’énergie se ferme et le souffle s’ouvre)

Rares sont les arts subtils qui ouvrent le corps quand l’esprit, l’énergie et la force sortent, cela a pour effet d’affaiblir la force quand elle est émise, en raison à la fois de la tension nécessaire à l’ouverture et de la déconnexion progressive du sol. Cela met également le corps en extension dans une position vulnérable pour contrer une attaque. Certains systèmes affinent cela par l’extension des côtes tandis que le corps se contracte vers le bas, mais la tension impliquée interfère avec la qualité de la force qui circule.

Fermer le corps renforce la connexion au sol, d’où la force interne émerge. Se détendre, s’écouler et vider permet au corps de se fermer alors que l’esprit se développe. L’extension de l’esprit vers la cible, étire le champ d’énergie qui est suivie par la force élastique détendue, comme le lâcher de la flèche de l’arc.

Vagues
Validation des vagues et des forces
Le matin suivant notre arrivée à Kuching me demanda de guider mes 3 élèves qui nous accompagnaient dans la forme du Taiji. Au cours de l’année précédente, j’avais travaillé tranquillement sur la production de vagues de mouvement à travers le corps comme un raffinement et une progression naturelle de la coordination plus communément enseignée sous l’appellation « l’ensemble du corps bouge comme un tout ». Les principes, tels que je les formulais, étaient : « Tous les fluides se déplacent en vagues », et « Les forces passent à travers les fluides par la production des vagues ». Cela représentait une partie de ma recherche afin d’éviter la puissance dure qui se produit avec la tension des muscles au moment de l’émission : j’avais déjà découvert que cela ne pouvait être obtenu en parlant simplement du Qi ou par l’alternance simpliste de relâchement et de contraction.

Mon raisonnement, basé sur l’observation, était que lorsque le corps est sous l’influence d’une force, sa structure alignée a tendance à se déformer et toute tentative de maintenir cette structure produit de la résistance. Il est évident que cette résistance pourrait être évitée par le fait de céder, en esquivant simultanément par le mouvement de l’ensemble du corps « comme un tout », mais ensuite il y a encore les forces de déformation produites par l’inertie et l’élan du corps lors de l’accélération et du ralentissement. Soutenir que le mouvement circulaire continu supprime ces forces serait ne pas tenir compte, à tort, de la force d’impulsion angulaire. En effet, il faut la même énergie pour inverser le mouvement du corps en se déplaçant dans un demi-cercle qu’il en faut pour ralentir, arrêter et inverser le mouvement du corps en ligne droite. Ces forces produites par l’accélération sont considérables lorsque le mouvement est rapide. Bien entendu, les fluides ne conservent pas leur structure figée sous la pression ; ils modifient simplement leur forme tout en restant connectés de manière élastique.

Ma tentative d’utiliser des vagues était également liée à ma compréhension naissante du Cercle Vertical et à la manière dont les forces entrantes et sortantes traversent le corps via les pieds jusqu’au sol. Au moment de la phase de neutralisation de la spirale Céder–Neutraliser–Emettre, il est certain que des forces entrantes influent sur la structure du corps quand la force est transmise au sol. Lors de l’émission, là encore, les forces sortantes font de même et c’est précisément le moment où l’état élastique et caoutchouteux du corps est le plus nécessaire.

J’allai plus loin dans ma réflexion et me dit que ce qui se produisait dans la Poussée des Mains devait aussi avoir lieu dans la Forme du Taiji du fait de l’impulsion pour se déplacer qui commence par la plante des pieds et des effets de l’inertie et de l’élan quand cette impulsion traverse le corps. Ainsi, une vague initiale légère et élastique amorce le mouvement du corps, et elle est suivie d’une vague élastique potentiellement plus forte lorsque le corps s’ancre au sol et la force d’impulsion extérieure est absorbée. Les forces sont plus fortes dans cette seconde vague dans la mesure où la distance et le temps d’absorption sont beaucoup plus courts qu’au moment de l’impulsion initiale : les forces sont donc proportionnellement plus grandes. Potentiellement, au cours de la Poussée des mains, cette deuxième vague peut également absorber la force du partenaire, augmentant encore davantage sa puissance.  

Ainsi, ce jour-là, sous l’œil vigilant du Maître, je fis s’élever de mes pieds jusqu’au bout de mes doigts une vague d’esprit verticale, suivie d’une vague verticale de force, suivi d’une vague verticale de mouvement en levant mes bras dans la première position de la Forme du Taiji : Chi Shou. Puis, conséquence naturelle, comme chaque partie du corps revenait s’installer dans sa position initiale – la vague m’ayant traversé – mon corps entier revint séquentiellement à sa position initiale. eut l’air pensif un moment avant de dire « Apprenez le premier mouvement à vos élèves ».

Vagues de mouvement
Tous les liquides se déplacent dans des vagues. L’énergie se déplace par des liquides comme un transfert de masse avec un élan stocké, ou comme une vague de déplacement élastique qui laisse le « corps » calme une fois qu’elle est passée. L’élan stocké donne une force plus externe et un déplacement élastique plus interne.

Les types différents de vagues apparaissent quand nous nous déplaçons. Des vagues  en avant et en arrière sont produites à partir des hanches se déplaçant horizontalement légèrement en avance du reste du corps. Le déplacement du corps dans des courbes horizontales produit des vagues dans toutes les directions horizontales. Des vagues de torsion sont produites en tournant les hanches légèrement en avance du reste du corps. Des vagues de torsion s’enroulent le long des lignes de connexion élastique entre les points d’application de la force et la terre. Des vagues verticales apparaissent quand les hanches se soulèvent et le bassin avant la partie supérieur du corps. L’ajout de cette dimension verticale produit les vagues de compression et l’expansion en haut et en bas du corps qui fait fonctionner le « lever » et le « baisser » des bras.

Des vagues lisses et continues qui ondulent et interagissent partout dans le corps d’une manière complexe et naturelle sont le résultat final de l’interaction simultanée de ces trois types de vagues

L’étude pour produire et régler ces vagues exige une progression intelligemment conçue d’étapes menant du simple au complexe. N’importe quelle section du corps peut être formée pour se déplacer en avance du reste du corps créant une vague en deux parties simples. Plus tard, plusieurs de ces vagues à deux parties peuvent être assemblées pour créer des modèles de vague plus complexes. Deux parties de vague de torsion sont formées quand le bassin commence à tourner puis le tronc et les bras suivent. Des vagues verticales à deux parties sont produites en faisant couler la moitié inférieure du corps avant la moitié supérieure à « mi-course » ce qui produit des vagues de compression et d’expansion centrée dans le bassin. Quelque peu controversé, mais soutenu par l’expérience et la logique, l’avancée et le retrait du corps inférieur avant que le supérieur génère l’apparition de 2 parties de vagues en avant et en arrière.

A la base, trois parties de vagues apparaissent quand le corps inférieur mène le corps supérieur qui entraine alors le bras – où le bras est entrainé pour s’étendre du point le plus bas de l’omoplate au bout des doigts. Une, deux, trois ou plus parties de vagues peuvent aussi apparaître dans n’importe quelle section du corps. L’implication des 3 parties de la vague dans le bras, déplace d’abord l’épaule puis le coude et finalement le poignet, et est utilisée pour transmettre les vagues de puissance de la partie supérieure du corps à la main.

Ainsi c’est une étape simple conceptuellement pour produire un ordre de mouvement de la plante du pied aux bouts des doigts, avec un retard léger à chaque articulation comme les muscles, les tendons et l’extrémité des ligaments. Les bras et les jambes peuvent aussi se vriller à l’unisson avec la taille pour que la force forme une spirale en se déplaçant. Le sens de cette torsion peut être donné quand vous visualisez une main se déplaçant sur la surface d’une balle. Alors la paume et l’avant-bras tournent quand ils se déplacent, pour garder le contact avec la surface de la balle.

Vagues de puissance élastique
Les vagues  de force élastique transmettent des forces à travers les changements de pression et l’accompagnement des changements de petits muscles. Ces vagues internes du corps apparaissent lorsque les forces générées par les pieds et le sol passent par le corps fluide. Fluide dans le sens que chaque articulation est libre de se déplacer, mais tend à revenir à sa position une fois la vague passée.

Les vagues transversales – comme dans la mer – ont besoin d’un étirement élastique du corps, dépendant de ​​la gravité et de la cohésion des tissus élastiques du corps fluide. Les vagues de compression – comme pour le passage sonore à travers l’air – exigent une compression élastique des tissus du corps. L’application des vagues d’énergie exige que le corps reste détendu mais change dans les deux états de déconnexion et de connexion – pris dans un sens élastique. Le malentendu que signifie à cet égard cette connexion détendue, conduit à de nombreuses fausses pistes. L’élasticité est construite dans le complexe Esprit-énergie-corps par des années de formation sous la direction de quelqu’un qui comprend et manifeste le processus.

Comme conséquence faire le vide dans l’Esprit pour relâcher les muscles, est la première partie de chaque vague, produite par une descente légère du corps – même si la montée de la vague précédente pourrait également être considérée comme le début. Ensuite, la force de gravité plus les forces entrantes tirées vers le bas lors de la descente, peuvent être utilisées pour initier la rotation des hanches par le relâchement contrôlé des muscles entourant l’articulation de la hanche.  

La deuxième partie de la vague vient de l’inhibition séquentielle de la capacité des muscles à s’allonger librement, et la conséquence de l’étirement des fibres musculaires, des tendons et des ligaments qui prennent place. L’énergie recueillie par la descente et les forces entrantes est stockée dans les muscles étirés, les tendons et les ligaments ensemble,  avec la compression des os, du cartilage et des disques intervertébraux.

La troisième partie de la vague vient d’une vague séquentielle d’expansion s’élevant depuis le sol, où chaque articulation tend à revenir à sa position d’équilibre quand les muscles étirés automatiquement tentent de retrouver leur état ​​dés-étiré, libérant ainsi leur énergie stockée.

Entre la deuxième et la troisième étape, une phase intermédiaire peut être distinguée. Il s’agit de la vague de plénitude – état pleinement ​​condensé en certains points particuliers – qui s’accumule dans le corps avec une tendance à s’expanser  en chaque point exactement conforme avec la dernière compression précédente du corps. Il s’agit d’une vague de pression ascendante, qui précède de peu la subtile expansion ultérieure du corps.

Vagues sphériques mentales
Les postures  d’aller et retour avec des mouvements alternés d’ouverture et de repli, se produisent dans la sphère périphérique qui s’étend, à la longueur d’un bras, autour et au-dessus du corps ainsi que vers le sol. Au fil du temps chaque partie du corps décrit un ensemble complexe de toutes les courbes possibles dans cette sphère en mouvement. Des vagues de compression passent à travers cette sphère Esprit-énergie-corps, avec des zones de compression, où se manifeste une plus grande densité comme dans des  courants et des remous, et des zones d’étirement ou de moindre densité de compression comme la fumée tourbillonnante dans un globe de verre. Des lignes d’intention peuvent être visualisées parcourant cet espace comme la représentation des champs magnétiques par des lignes de forces- rapprochées pour la compression et plus espacées pour les étirements.  L’intention de l’Esprit conduit les mouvements de Taiji. Des postures paisibles, rythmées, fortes et des changements dans l’Esprit produisent des mouvements paisibles, rythmés et forts dans le champ d’énergie comme dans le corps. Les résultats positifs qui en résultent dans le corps reviennent par le champ d’énergie dans l’Esprit.

La pratique d’une vitesse constante au cours de la Forme évolue au cours de la pratique en forces constantes produisant des accélérations et des décélérations. Plus tard, quand les vagues élastiques commencent à se développer, les forces augmentent et diminuent avec le déplacement du centre, produisant des mouvements harmoniques simples. Lorsque deux dimensions interagissent, des courbes circulaires lisses apparaissent. Lorsque trois dimensions se combinent, de lisses mouvements sphériques se manifestent dans le champ Esprit Énergie Corps.

Des vagues de compression et d’expansion commencent dans les pieds et ne sont en fait que deux phases de la même vague. Dans un exemple simple, nous réglons notre vague de telle façon que la force de notre partenaire arrive dans  notre corps, comme la partie d’expansion de la vague atteint juste son maximum dans cette partie du corps alors que la vague de relâchement se développe aux pieds. Au point de contact la vague d’expansion suivante se change en vague de relâchement et le partenaire est aspiré et tombe avec elle. En même temps, la vague au niveau des pieds change dans sa phase d’expansion et commence à s’accumuler dans le corps. Quand la vague d’expansion venant des pieds, rencontre l’écoulement du haut du corps en raison de la vague de relâchement, la compression maximale est atteinte. A partir de ce centre de compression, une impulsion de force détendue, d’énergie et d’intention de l’Esprit est générée automatiquement et rayonne dans toutes les directions. Atteindre ce niveau permet au pratiquant de Taiji de projeter simultanément plusieurs personnes dans différentes directions.

L’Esprit, l’énergie et le corps suivent tous la séquence de vider, d’étirement et d’expansion, même si les cycles ne sont pas en phase. Ces trois cycles sont idéalement combinés avec les cycles subconscients du partenaire. Naturellement, le contrôle de ce processus subtil et délicat de prise de conscience ne se fait pas en un jour, une semaine ou un an.

Vagues de l’esprit
L’Esprit génère une vague d’intention puis le champ d’énergie élastique et le corps génèrent une vague de mouvement en réponse. Il y a un petit délai entre l’activation de l’Esprit, le mouvement de l’énergie, la génération des forces dans le corps, et enfin le mouvement brut du corps lui-même. En changeant lentement et prudemment dans la forme, les délais sont prolongés et chacune de ces différentes étapes et leurs timings respectifs peuvent être plus clairement expérimentés. Ensuite, chaque composant peut être amélioré avec un entrainement spécial avant d’être recombinés en un seul processus à nouveau homogène. Plus tard, peut être découvert chez notre partenaire cette vague de changements qui passe vers l’extérieur, de l’esprit dans le corps. Si j’écoute les forces et que mon partenaire note seulement les mouvements du corps, alors je serai toujours avant elles. Si j’écoute l’Esprit et s’il écoute seulement les forces, je serai aussi en avance sur mon partenaire.

De douces vagues d’expansion et d’élévation dans le système-Esprit-Energie-Corps, sont produites automatiquement lors de l’inspiration.  De douces vagues de relâchement et d’écoulement  se produisent lors de l’expiration. La concentration, le relâchement, fermer l’Esprit, le réveiller; tout cela produit des vagues dans le champ Esprit-Energie-Corps. La connaissance de ces changements en vous et en votre partenaire permet de petits déplacements dans la relation entre les deux corps qui doivent être faites et offrent des possibilités de combiner et de magnifier ces changements.

Les vagues de mouvement dans notre Esprit produisent des vagues involontaires de réponse dans l’Esprit du partenaire et dans une certaine mesure dans son champ d’énergie. Les vagues de mouvement dans notre champ d’énergie – produites par les vagues de mouvement à l’intérieur de notre propre Esprit – produisent des vagues involontaires de réponse dans le champ d’énergie du partenaire et dans une certaine mesure dans son corps. Enfin, les vagues de mouvement dans notre corps – produites par les vagues de mouvement à l’intérieur de notre propre champ d’énergie – produisent des vagues involontaires de réponse dans le corps du partenaire. L’essence pour trouver le bon timing réside dans la manière dont nous recouvrons les vagues de notre partenaire  par nos vagues Esprit-énergie-corps.


Principes essentiels …